« Pas évident de définir le garage solidaire !

Dans la presse, sur le web, on peut lire tout et n’importe quoi. Une chose est sûre, parfois de petits malins utilisent ce terme à tort pour cacher une structure purement commerciale. Cela jette le discrédit sur nos actions et peut apporter doute dans l’esprit du bénéficiaire de nos structures.

Alors d’accord ou pas d’accord avec cette définition ? Le débat est lancé…nous restons à votre écoute. »

Le garage solidaire, késako ?

Il s’agit d’un lieu où l’humain est au coeur du dispositif.

Atelier mécanique, il permet à des gens en précarité sociale et/ou professionnelle de réparer, d’entretenir leurs véhicules à moindre coût. C’est un espace où l’entraide, la solidarité sont des valeurs fortes.

Celui-ci peut être sous forme de « self garage » et la notion du « Faites le vous-même ». Les gens viennent alors avec leurs pièces, louent un emplacement et réparent eux-mêmes sous le contrôle d’un mécanicien professionnel.

Il peut s’agir aussi d’un atelier de réparation mécanique. Les tarifs seront alors adaptés en fonction de la précarité des publics afin de permettre au plus grand nombre de circuler dans un véhicule en parfait état de fonctionnement en toute sécurité. Les réparations sont alors effectuées par des salariés diplômés, professionnels possédants des qualités d’écoute et de solidarité.

Il est principalement de forme non lucrative et toutes les actions qui y sont menées le sont au profit, prioritairement, de ses adhérents ou membres. Généralement de forme associative ou coopérative, il s’agit d’une structure qui privilégie l’équilibre des pouvoirs et leur contrôle. Il peut être détenteur d’un agrément ou non.